19.2.12

Je hais les dimanches

Je sais pas ce que vous faites le dimanche vous autres, mais pour moi le dimanche, c'est la journée la plus déprimante de la semaine.

Je fais partie de ces gens qui ont souvent  du mal à profiter de l'instant présent et l'angoisse de l'arrivée du lundi parvient à ma gâcher toute ma joie d'être en week-end. Alors j'essaye de meubler la journée pour ne pas voir arriver le sombre dimanche soir qui précède la longue semaine de taff qui m'attend. Dans mes anciens boulots, je n'avait pas cette sensation. J'ai fait plein de boulots, pas tous marrants, mais jamais je n'ai fait un boulot aussi stressant. Je ne suis pas ici pour parler de mon boulot , et d'ailleurs si je le faisais, quasi tout le monde s'endormirait devant un tel ennui. Et puis j'ai toujours bien fait attention à ne pas mélanger ma vie pro et perso, en me cachant derrière ce pseudo un peu bizarre.

Parfois on me demande pourquoi ce pseudo? "Stella Stella Paris" c'est un peu une drôle d'idée.  Ca a vite fait un côté "stella du 75" en plus chic, c'est pas le plus marketing des noms que j'ai pu trouver pour un blog. En fait "stella" c'est un pseudo que j'utilisais bien longtemps avant d'être blogueuse. Je l'avais choisi sans réfléchir en référence à mon parfum chéri, le fameux "Stella" de Stella Mc Carthney, et je l'avais gardé depuis; j'avais un compte gmail à ce nom-là pour m'inscrire à des sites sans spammer trop ma boite perso, ou pour garder l'anonymat dans certains cas. "Stella" et "stellaparis" existaient déjà, j'ai donc doublé le "stellastella". Quand j'ai créé mon blog, j'ai gardé le nom, je trouvais ça marrant, le côté bégayé du blog, du genre "moi moi" "je rabache". Et puis Paris, et bien j'avais créé ce blog en Grèce pendant mon Erasmus, et ça me permettait de me positionner. Je me rend bien compte maintenant que ca fait un peu too much de s'afficher "de Paris" au milieu de toutes ces super blogueuses, mais c'est un peu trop tard, maintenant que j'ai le nom de domaine et tutti quanti. Voilà, c'est moi, Stella Stella Paris.

Mes potes parfois ils me demandent si je suis pas un peu schizophrène. C'est pas moi qui suis schizo, c'est la société dans laquelle nous vivons. On nous demande d'être un seul personnage, qu'on peut mettre dans un boite bien rangée, on a pas le droit d'être multifacettes. On te colle une étiquette réductrice et ça y est t'es coincée, tu peux pas être quelqu'un d'autre.

Bon tout ça pour parler des dimanches. Il est 17h et je suis encore en robe de chambre, avec mes lunettes et mes cheveux en bataille, à twitter et mater des profils sur facebook.
J'ai bien prévu une expo avec une amie, mais elle peut pas.
J'ai bien prévu d'aller à la piscine mais là J'AI TROP LA FLEMME.
J'ai bien prévu d'aller faire des photos pour mon blog, mais le dimanche, je peux pas, jsuis trop moche.
J'ai bien prévu de faire une machine de draps, mais ma machine est pêtée et j'ai la flemme d'aller au lavomatique.
J'ai bien prévu d'aller au cinéma avec un pote, mais j'ai toujours pas regardé les horaires.
J'ai bien prévu d'aller prendre un verre avec des amis mais c'est qu'à 18h.

Et voilà comment j'ai flingué une journée.

Allez , je vous laisse avec Juliette Greco (paroles d'Aznavour).



Tous les jours de la semaine

Sont vides et sonnent le creux
Bien pire que la semaine
Y a le dimanche prétentieux

Et jouer les généreux

Le dimanche qui s'impose
Comme un jour bienheureux

Je hais les dimanches!
Je hais les dimanches!

Dans la rue y a la foule
Des millions de passants
Cette foule qui coule
D'un air indifférent
Cette foule qui marche
Comme à un enterrement
L'enterrement d'un dimanche
Qui est mort depuis longtemps.

Je hais les dimanches!
Je hais les dimanches!

Tu travailles toute la semaine et le dimanche aussi
C'est peut-être pour ça que je suis de parti pris
Chéri, si simplement tu étais près de moi
Je serais prête à aimer tout ce que je n'aime pas

Les dimanches de printemps
Tout flanqués de soleil
Qui effacent en brillant
Les soucis de la veille
Dimanche plein de ciel bleu
Et de rires d'enfants
De promenades d'amoureux
Aux timides serments

Et de fleurs aux branches
Et de fleurs aux branches

Et parmi la cohue
Des gens, qui, sans se presser
Vont à travers les rues
Nous irions nous glisser
Tous deux, main dans la main
Sans chercher à savoir
Ce qu'il y aura demain
N'ayant pour tout espoir

Que d'autres dimanches
Que d'autres dimanches

Et tous les honnêtes gens
Que l'on dit bien pensants
Et ceux qui ne le sont pas
Et qui veulent qu'on le croit
Et qui vont à l'église
Parce que c'est la coutume
Qui changent de chemises
Et mettent un beau costume
Ceux qui dorment vingt heures
Car rien ne les en empêche
Ceux qui se lèvent de bonne heure
Pour aller à la pêche
Ceux pour qui c'est le jour
D'aller au cimetière
Et ceux qui font l'amour
Parce qu'ils n'ont rien à faire
Envieraient notre bonheur
Tout comme j'envie le leur
D'avoir des dimanches
De croire aux dimanches
D'aimer les dimanches
Quand je hais les dimanches...

Qui veut paraître rose

3 commentaires:

  1. le dimanche c'est vraiment la journée de la lose ;)

    RépondreSupprimer
  2. Très sympa ton article, et je te comprends pour les dimanches...

    RépondreSupprimer
  3. Personnellement, je passe la journée en amoureux...avec mon piano!

    RépondreSupprimer

Merci de vos petits mots qui me font bien plaisir et me laissent un trace de votre passage!