4.4.19

Zéro déchet : comment se lancer et que faut-il savoir ?

Une gourde et des pailles en inox. Crédit : Vie Zéro Déchet

Cela fait maintenant 3 ans que je me suis mise au Zéro Déchet. C'est une démarche personnelle qui a du sens pour moi. Plutôt que de sombrer dans l'angoisse écologique devant les tonnes de déchets et les pronostics terrifiants des scientifiques, j'ai choisi de jouer à mon petit niveau. 3 ans plus tard, je fais un premier petit bilan. 

1. Le Zéro déchet ne se fait pas en un jour : 


A partir du moment où, suite à une conversation, un documentaire, une prise de conscience, on décide de jouer le jeu du Zéro déchet, on entre sur le chemin. On ne devient pas totalement zéro déchet du jour au lendemain, et d'ailleurs personne ne produit vraiment aucun déchet, car c'est impossible, même si vous avez supprimé votre poubelle d'ordures ménagères. Ce qui compte c'est ce chemin. Nous avons tous chez nous tout un tas d'objets et de consommables qui vont mettre un temps fou à disparaître des placards. Pour moi il était complètement non-écologique de jeter tout ce qui n'était pas zéro-déchet dans mes placards pour faire table rase et repartir de zéro. J'ai donc commencé le chemin du zéro déchet par une bonne année à "finir les stocks" et même parfois plus. Cela a été très rapide pour le coton jetable, les protections hygiéniques, le shampoing, ou encore la nourriture, mais un peu moins pour les produits de beauté, cotons tiges, papier alu, sulfurisé ou plastique, ou encore les sacs à glaçons, la lessive. C'est une période un peu frustrante où la poubelle devient encore plus grosse car on a tendance à vite vouloir terminer ces vilains produits pour adopter un mode de vie plus en adéquation avec nos aspirations. Soyons patients !

Ma recette de lessive maison non dangereuse pour la santé et l'environnement  Vie Zéro Déchet

2. Le zéro déchet n'est pas qu'une tendance déco pour instagram 


C'est vrai que c'est très joli cette tendance de zéro déchet avec tous ces jolis bocaux alignés sur des étagères Pinterest et ces petites brosses en bois. Surtout ne commencez pas votre révolution zéro déchet par acheter tout un tas d'objets qui feront jolis car cela serait complètement contre productif. Le mieux reste d'appliquer à la lettre et dans l'ordre les cinq règles du zéro déchet par Béa Johnson
  • REFUSER ce dont nous n'avons pas besoin (ce flyer, cet échantillon gratuit etc.)
  • RÉDUIRE ce dont nous n'avons pas besoin (ce énième t-shirt)
  • RÉUTILISER ce que nous consommons que ne pouvons ni refuser ni réduire
  • RECYCLER ce que l'ont ne peut ni refuser ni réutiliser
  • COMPOSTER tout le reste : épluchures etc.
Par exemple quand vous commencez le zéro déchet, ne foncez pas acheter des bocaux parfaitement calibrés mais réutilisez simplement les bocaux en verre de votre consommation : sauce tomate, compote, confiture etc. Apprenez à dire "non merci" quand on vous offre un échantillon qui va traîner dans un tiroir pendant des années. Collez un autocollant Stop Pub sur votre boite aux lettres et demandez à passer au digital pour les factures. Cuisinez vos épluchures en soupe, gardez les zestes d'agrumes pour vos tisanes, une fois séchés au four, c'est délicieux ! Nul besoin d'investir immédiatement dans des poubelles spéciales pour le verre, les emballages recyclables, le compost. Quand nous avons commencé avec mon copain, nous avons par exemple tout simplement utilisé un vieux bocal de ratatouille pour y mettre les épluchures et j'allais les vider dans un trou dans le jardin. Cela nous a laissé le temps de nous renseigner dans notre ville et de récupérer toute le matériel pour un joli composteur de jardin en bois et son petit seau fourni. Petits à petit vous pourrez vous faire plaisir avec de jolis bocaux ou en achetant des contenants en verre made in France comme les inusables Pyrex. Cela est bien utile pour faire des courses en vrac. Bref, ce ne sont pas les apparences qui comptent mais votre impact !

Si cela vous intéresse cependant j'ai créé un petit compte instagram "Vie Zéro Déchet"  où je parle de mes différentes recettes et je partage au quotidien les petits challenges et les joies du zéro déchet : ma recette de lessive, mes yaourts maison sans yaourtière, mon granola, mes trouvailles etc.

Ma recette de yaourts et ses variantes sur trouve aussi sur le compte Vie Zéro Déchet
Je fais moi-même mon Granola maison une fois tous les 3 mois : recette ici 
Mon placard avec des bocaux de toutes tailles non calibrés mais réutilisés ! 
Ici j'ai cuisiné des feuilles de chou fleur à la thai qui sont comestibles et que j'avais mis de côté. Sel de guérande en vrac de chez Biocoop.
De retour du marché local, aucun emballage à jeter. Tout a été acheté en vrac, merci les sachets en tissu, les boites d'oeufs réutilisées, les contenants en verre Pyrex acceptés par tous mes commerçants, les bocaux etc. Le miracle du zéro déchet, c'est possible !

3. Le zéro déchet demande du temps, de l'anticipation et de la patience 


J'éprouve un immense plaisir à être passée au zéro déchet en douceur depuis 3 ans. Mais je tiens à rappeler que ce n'est pas facile, surtout quand nous avons pris tout un tas d'habitudes depuis des années pour se simplifier la vie. Le ZD implique de cuisiner donc terminé la nourriture industrielle qui se prépare en 3 minutes. Mais c'est tellement meilleur de savoir précisément ce que l'on mange pour la santé et les papilles que je ne reviendrais jamais en arrière. 
Cela implique d'avoir sur soi des emballages (tote bags, sacs en tissu, sac à pain, bocaux, récipients et bouteilles en verre etc.)  quand on a faire des courses donc cela implique de les anticiper. Personnellement j'habite à la campagne donc je suis obligée de prendre la voiture pour aller au marché, et j'ai pris l'habitude de garder tout mes contenants dans le coffre pour ne jamais être prise au dépourvu. Et si j'ai un train à prendre (ce qui arrive très souvent) je prépare mon pique nique avec ma gourde, mon sandwich emballé dans du beeswrap, des fruits, une serviette de table en tissu et mon petit kit de couverts lavable. Je ne peux pas acheter un triangle emballé à la dernière minute. Et tant mieux ! J'ai vraiment l'impression que le ZD me protège des mauvais choix, c'est comme une ligne de conduite pour moi. 


Au début on est vraiment à fond et c'était mon cas, j'avais vraiment envie de tout faire moi-même : les produits de beauté (déodorant, dentifrices etc), de ménage, et la cuisine (lait d'amande, fromage, pain etc). Il faut admettre qu'on n'a pas le temps de faire tout ceci et qu'on ne peut pas tout faire aussi faisons confiance aux professionnels dont c'est le métier et choisissons ce que nous voulons faire nous même (dans mon cas les yaourts par exemple qui m'évitent des tonnes d'emballages et qui nous prennent très peu de temps) et ce que nous laissons aux professionnels et dans ce cas il nous faut simplement nous interroger sur la composition, la provenance et la qualité, ainsi que les emballages (pour ma part je préfère acheter mon déo crème dans son emballage en verre produit dans ma région, ou encore le pain bio de mon boulanger fait avec amour à 3 minutes de la maison). Mais je continue d’expérimenter, le ZD est une grande aventure. Je vais tenter de faire justement du lait d'amandes et voir si c'est rentable car la recette a l'air assez simple par exemple et c'est un produit qui coûte cher et m'oblige a recycler des emballages.

Toujours un mouchoir en tissu sur la table de nuit. Je les trouve sur Etsy par exemple.
Dans mon frigo des contenants de toutes tailles type Pyrex avec de la nourriture du marché : salade, fromage, jambon, poisson, raviolis, et des restes comme des pâtes. On aperçoit une étiquette de tare Biocoop sur ma boite à fromages. 

4. Le zéro déchet et les autres, comment faire avec ses proches 


Quand on se lance dans le Zéro Déchet on est souvent le seul de son entourage. Parfois vos proches recyclent, parfois non, parfois ils mangent n'importe quoi et achètent plein de conneries inutiles fabriquées dans des camps de travail en Chine. Ce n'est pas facile et on a parfois envie de les évangéliser, mais ils ne sont pas toujours prêts. Il faut être très délicat et ne pas toujours imposer son avis mais plutôt saluer les efforts de chacun. J'adore discuter avec ma boulangère qui est ravie de mettre ma boule de pain dans mon sac en tissu, ou encore le barista du TGV quand je craque pour une de leur délicieuses compotes bio dans un petit pot en verre et que je dis "non merci" pour la serviette en papier, le sac et la petite cuillère en plastique parce que je suis déjà équipée. Pareil avec le boucher à qui je prends des tranches de jambon en vrac ou le poissonier qui me vend des chipirons fraîchement pêchés dans le golfe de Gascogne et qui les met dans mon plat pyrex. Toutes ces personnes sont extrêmement bienveillantes et ravies de discuter. Quand on me pose des questions j'y réponds avec plaisir, mais je ne dis rien quand je suis invitée et que je vois des amis ou famille qui ne font pas le tri, ou qui achètent de l'industriel. Il faut respecter chacun et son cheminement personnel. Mais j'apporte un gâteau fait maison ou je viens avec mes contenants et cela permet parfois de discuter de ce que je fais, sans jugement. Je suis même parfois venue dîner chez ma sœur avec du vin en vrac de chez Franprix par exemple vous connaissez Jean Bouteille ?

Quand j'ai emménagé avec mon copain et revanche c'est différent car je n'avais pas très envie de faire 10 pas en arrière sur les bonnes habitudes que j'avais pris. Et j'ai de la chance, je suis tombée sur une perle ultra motivée par mes engagements ! Mais j'ai aussi fait des pas en avant vers lui en trouvant des alternatives à ses habitudes. J'ai cherché des recettes de crèmes au chocolat maison pour remplacer les Danettes et nous avons beaucoup de plaisir à cuisiner ensemble. Monsieur a maintenant son shampoing solide et il a investi dans des capsules rechargeables pour sa machine à café, que nous achetons en vrac chez Day by Day. Et je lui ai offert des jolis mouchoirs en tissu. Il n'y a pas encore tout qui est ZD chez nous mais le couple c'est aussi une affaire de compromis et je mesure ma chance de partager ma vie avec une personne aussi conciliante et soutenante. Et vous n'êtes pas seuls, il y a plein de groupes sur facebook, locaux ou non, et de communautés sur instagram par exemple sur le hashtag #Zerodechet. Lisez des blogs, vous verrez qu'on est super nombreux et ça fait chaud au cœur.

Les fameuses crèmes au chocolat dans des petits pots de recup ! Un régal ! Recette ici 
Que des ingrédients achetés en vrac pour mes financiers maison. Et j'adore ce bol de préparation verseur et mesureur de chez Pyrex, idéal pour faire mes yaourts et mes gâteaux
Des petits financiers maison, c'est tellement meilleur que des gâteaux industriels !

5. Il faut arrêter de se culpabiliser et s'autoriser quelques imperfections


Le mieux est l'ennemi du bien. N'oublions pas que la perfection n'est pas de ce monde. Parfois je me retrouve à me prendre la tête pour chaque achat et il est très difficile de ne consommer que local et bio et sans emballages et produit de manière éthique, sans polluer la planète ou faire souffrir des humains ou des animaux (ceux qui ont regardé la dernière saison de The Good Thing savent qu'il est impossible d'entrer au paradis devant tant de difficultés ! ). On ne sait jamais totalement comment sont fabriquées ces choses que l'ont achète, même fabriquées en Europe, même si elles coûtent cher (vous aviez vu ce Cash Investigation sur les ateliers du cuir en Italie ?). Certaines marques font des produits naturels mais leurs emballages ne sont pas recyclables, ou bien ce produit est dans un contenant en verre mais il contient un conservateur possiblement perturbateur endocrinien ou polluant pour l'eau. Quand on commence à consommer en pleine conscience cela devient vite infernal. Alors j'essaye de faire des concessions : oui ces bananes bio viennent de loin mais c'est mon exception et cela fait vivre les producteurs locaux. 

Il y a aussi des produits que je continue d'acheter avec emballages car je ne souhaite pas m'en passer, comme par exemple  mes lentilles mensuelles ou encore de la pâte feuilletée qui est beaucoup trop longue à cuisiner. Ou certains produits dont mon copain raffole et qui sont pas du tout vendus en vrac (si quelqu'un connait un plan pour le surimi sans plastique, je suis preneuse, c'est le seul produit aimentaire que je n'ai pas réussi à remplacer par un fait maison ou acheté en vrac). Faites vous confiance, ne soyez pas trop dans la culpabilité et ne devenez pas des extrêmes, ce qui conduirait à vous isoler totalement, ce qui n'est pas le but. Acceptez les cadeaux de vos amis, avec leurs emballages, soyez indulgents avec les autres et avec vous-même. A chaque jour suffit sa peine, rien ne sert de courir ! 

J'espère que cet article vous donnera des petites idées, et je serais ravie d'avoir les vôtres en commentaires. Bonne chance à tous !

Je fais macérer les épluchures d'agrumes dans le vinaigre blanc pour le parfumer : Vie Zéro Déchet
Sur le bord de l'évier : des brosses à légumes, vaisselles et casseroles difficiles, un liquide vaisselle naturel et du savon de Marseille : Vie Zéro Déchet

Cuisiner des légumes de saison achetés en vrac. Utilisez des condiments en vrac.Bannir le plastique.
Un exemple de petit-dej avec un smoothie vert et du granola, tout maison et sans emballage : Vie Zéro Déchet
De retour des courses avec aucun emballage jetable, que du réutilisable : Vie Zéro Déchet

14 commentaires:

  1. Merci pour cette article très complet et déculpabilisant! je suis entrain de me tourner vers le zéro déchet et j'aime bien l'idée de le faire tranquillement, sans pression ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ton retour, c'est exactement pour cette raison que j'ai écrit l'article, car je ne veux pas que d'autres fassent la même erreur que moi au départ à super mal vivre le fait de ne pas être "parfaitement zéro déchet". Très sympa ton blog, de super idées de recette je me note ça !

      Supprimer
  2. Très bel article :) Belle soirée.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai commencé depuis un an une démarche qui tend vers le zéro déchet, je me rends compte des petits gestes très faciles, et d'autres, plus compliqués. Ton article me donne des idées, me motive encore plus, et aide vraiment à faire la transition en douceur et avec bienveillance. Merci pour ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir Chloé, et on en discute si tu as besoin, l'entraide c'est important pour le ZD. Très sympa ton blog ça m'a donné envie de voyager en France...

      Supprimer
  4. Super article! vraiment complet et détaillé!
    J'ai commencé le zéro déchets il y a quelques mois, et franchement ce n'est pas de tout repos! J'ai commencé avec les choses simple (cotons et mouchoirs en tissu, cup, produits ménagers faits maison), mais j'ai encore du chemin avant d'arriver au Zéro déchets!
    En tout cas ton article va m'aider un peu plus dans mon combat! :-)
    Merci
    Ps : je démarre moi même dans le blogosphère, je te laisse l'adresse de mon blog, n'hésite pas à me donner ton avis ou des conseils! :-) Merci! https://beautifulbordel.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup miss pour ton commentaire. C'est déjà un énorme début ! J'ai lu ton article sur tes VDI et franchement ça m'a bien parlé ! Surtout ne te panique pas, on a toute la vie pour travailler ;-)

      Supprimer
    2. Merci pour le soutien! :-) j'essaye de positiver ! :-)

      Supprimer
  5. Article très inspirant ! Ça donne des idées pour toujours aller plus loin dans le ZD, merci beaucoup :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Delphine, il est super joli ton blog ! Tu as un instagram par hasard ?

      Supprimer

  6. Tes photos sont superbes ! C'est quand même plus joli tous ces pettis pots plutôt que du plastique !

    "Quand on se lance dans le Zéro Déchet on est souvent le seul de son entourage. Parfois vos proches recyclent, parfois non, parfois ils mangent n'importe quoi et achètent plein de conneries inutiles fabriquées dans des camps de travail en Chine. Ce n'est pas facile et on a parfois envie de les évangéliser, mais ils ne sont pas toujours prêts" => On a ressenti la même chose avec le véganisme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et encore je pense que c'est pire avec le veganisme dans un un pays dans lequel la viande et surtout les produits laitiers sont si présents dans la culture... Personnellement j'y avais songé et j'ai laissé tomber pour l'instant, je suis seulement flexi. Trop de messages d'un coup, et je ne voulais pas me couper socialement à ce point seule. Mon homme mange de la viande et beaucoup de fromage et moi très peu à la maison (mais beaucoup d'oeufs pour cuisiner), mais quand on est invités, j'en mange, c'est plus simple, mais on est à la campagne, c'est vrai que ca vient toujours de l'agriculteur du coin, c'est moins nefaste pour la planète (si on met de coté la souffrance animale et la santé). Bref, comme je disais à chaque jour suffit sa peine, et nous ne pouvons pas obliger tout le monde à penser comme nous. Mais je comprends que pour vous deux c'est encore plus dfficile car cela va a l'encontre de vos valeurs. <3

      Supprimer
    2. C'est facile de devenir végane, mais il faut que le déclic se fasse. Et nous on a eu la chance de se sevrer de fromage avec les 6 mois d'Asie. Ensuite, les vidéos, les lectures etc m'ont aidé à faire que cette valeur surpasse de très loin les problèmes d'ordre vie sociale, pratique ou de "manque". Et ça rend très heureux, tu dois le voir avec ta mise en pratique du O déchet, on sait qu'on va dans le bon sens. Hélas la viande et le poisson même "local" reste aujourd'hui source de pollution énorme et de grosse souffrance animale, et le jour où ça le sera quasiment plus, alors ces produits seront des produits de luxe quasi inaccessibles financièrement ! A moins de chasser soi même :)
      Mais chaque chose en son temps, et j'ai vu sur ta liste que tu avais mis comme objectif 2019 de devenir végétarienne <3

      Supprimer

Merci de vos petits mots qui me font bien plaisir et me laissent un trace de votre passage!